AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Il est l'heure... DE SE BARRER EN COURANT 8D [ Près du village des contre-Bandiers]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Pillard
• I'm Koyua Otoe

Messages : 87
Date d'inscription : 18/09/2011
Localisation : South Blue

Fiche d'aptitude
Niveau:
3/20  (3/20)
Expérience:
7/120  (7/120)
Points Wanted | Points Héroïsme: 173


MessageSujet: Il est l'heure... DE SE BARRER EN COURANT 8D [ Près du village des contre-Bandiers]   Mar 15 Nov - 19:05


Sun... Shut up


Le feu crépitait doucement dans l'âtre, lâchant une légère odeur de bacon fumée dans le campement. Comme l'ambiance était au rendez-vous, les corbeaux et les aigles s'étaient réunis sur leurs arbres respectifs. Ces grandes corneilles vinrent établir domicile au sommet de la branche la plus démuni, celle ou le vent s'abattait constamment sans fléchir, tandis que ces rapaces de la royauté préférèrent se percher dans le feuillage abritant l'odeur tant appréciée du gibier. De maigre corpulence mais de grande taille, le cuisinier prit la parole, cherchant à l'avance du regard une réponse dans ceux de la brune, assise, le regard absent.

-Mademoiselle Koyua c'est cela ? Vous semblez bien dépité... Un morceau de jambon ?

Poliment, elle refusa de la tête. Elle n'avait pas faim. Pas ce matin. Le soleil crut bon aujourd'hui de se lever avec la lenteur d'un escargot et d'imiter les femmes lorsqu'elles se maquillaient. En effet, le ciel vint prendre une teinte pourpre orangé, tandis que les rayons, tendres et apaisants, traversaient les maigres arbres qui entouraient le groupe de deux. Malgré ce paysage idyllique, rien n'arrivait à dérider Otoe. Elle ne comprenait plus. Pourquoi avait-elle fait une erreur pareille une semaine plus tôt ? Parbleu ! Cela faisait bel et bien une semaine et une nuit que la demoiselle avait fuit le royaume de Briss. Emportant sous son bras une sacoche, une arme et sa vie. Jamais plus, elle se l'était jurée, jamais plus elle ne recommencerait une telle erreur. Son interlocuteur, mécontent de son silence gênant, passa une main dans ses cheveux noirs et tapota le sol, soulevant un peu de terre sèche. Instinctivement, elle soutint le regard jaune or du jeune garçon.

-Mademoiselle ?

-Vous ne savez rien Axis ? Je vais tout vous racontez.

FLASH BACK : « Peu de temps après la fuite d'Otoe »

-Tout d'abords, j'ai fuis.

Ses pas, non, sa course était rapide et alertant. Jamais n'avait-elle courut ainsi de sa vie. Versant pour une fois, des larmes amères, tenant bien contre son gré un poids maintenant dans son cœur. Elle venait de tout détruire, en une nuit. Par juste envie de voyages, d'aventures, de devenir ce qu'était son père, un pirate ! Elle avait tout perdu ; sa maison, son employeur, sa vie. Oui, elle venait de perdre une existence qui avait été amusante jusque la. Elle devait tourner la page, faire autre chose maintenant. Dans sa folle course à travers la forêt, elle ne vit pas la forme étrange de l'animal et s'étala de tout son long dans les herbes et la boue. Le loup, oui car s'en était un, grogna. Otoe serra le butin contre elle et ferma les yeux, tendant le poing vers l'étrange canidé.

-Puis j'ai tué.

« Tic », le mécanisme de ses gants s'actionna et déversa dans le visage de l'animal trois fléchettes on ne peut mieux placées. Le loup, aveugle, vint geindre et se jeta à terre, la troisième l'avait raté. Prise de pitié, Otoe dégaina son sabre et abaissa sans remord la lame sur le cou de la pauvre bête. Elle lui offrit une cérémonie bien courte, entendant les marines hurler. La retrouver, oui, ils allaient surement la retrouver. Par curiosité, elle jeta un coup d'oeil à son ticket, il y avait comme destination « Centaurea ». Par pur hasard, Otoe savait ou se trouvait cette île. Mais pourquoi celle la ? Continuant sa course à la plage opposée, la jeune Koyua ignora longtemps que cet endroit était celui ou vivait le benjamin de la Grande Cuisinière, lui aussi étant doué dans l'art de satisfaire les estomacs. Elle se jeta dans sa petite grotte, ou il y avait son radeau et dormit.

-Après... Je me suis déguisée.

Ce fut le soleil de midi qui la réveilla. L'odeur d'algue monta vivement à son nez et cela la poussa à vouloir faire demi-tour. Pas question. Elle se lava, s'étant bien reposée, puis prit la route vers le port. Elle se devait de partir la bas. Maintenant tout cela était plus clair. Catin, Hyam et Axis, les trois meilleurs cuisiniers qu'elle connut. Même si Catin trouva la mort dans l'attaque du bateau de Shigusame, et qu'Hyam, dégouté, préféra se suicider. Marchant droit, les mains dans les poches, la tête baissée, Otoe réussit à traverser un petit groupe de pécheur sans que ceux ci ne lui fassent une remarque. Ce fut de même avec de vieilles femmes, cousant des habits pour les « mômes de leurs mômes ». Pourtant, Otoe vint les supplier de leurs bontés, afin qu'elles lui coudent un habit fort différent. Une longue vareuse mangeant son corps et ses formes, un chapeau haut de forme et un vaillant monocle, offert par l'une des dames. Maintenant, elle pouvait prendre le bateau.

-Et enfin, je suis venue, ici, vous trouver.

FIN DU FLASH BACK


Axis joua nerveusement avec son clou dans son oreille, non un clou comme nous l'entendons vulgairement, un anneau sans forme ; un clou. La demoiselle soupira vaguement, il en allait de soit que l'homme de vingt sept ans pouvait se trouver mal à l'aise. Pourtant, il se contenta d'acquiescer docilement, écoutant l'histoire de la jeune femme. La nouvelle de la mort de son ainée, puis du cadet l'avait tétanisé sept ans auparavant, maintenant il semblait plus joyeux et, continuait tant bien que mal à vivre. Otoe tapota ses genoux, se perdant encore une fois dans ses pensées. Il commença alors, d'un ton ridiculement faible.

-Vous... Saviez que... La Marine va lancer une attaque ?


-Je sais surtout que si vous en parlez vous risquez gros. Dit-elle sur un ton doux. Tais toi donc.

Elle conclut le tout en lui souriant, l'ayant tutoyé à la fin, dans le seul et unique but de lui faire comprendre que c'était un ordre. Étonnement doux et amicale. Otoe finit par se lever, serrant la sacoche contre elle. Au final, celle ci contenait bel et bien une carte, très incompréhensible pour notre inventrice, mais aussi, une coquette montagne de bijoux en or et en diamant, qu'Otoe irait revendre quand elle aurait le temps. La jeune Koyua fixa le soleil, maintenant un peu plus haut, au dessus d'elle, la prenant d'un air hautain. L'homme lui sourit.

-En tout cas, ne comptez vous donc pas faire un équipage ? J'ai un ami charpentier qui peux vous... Attendez... Vous entendez ?

Un bruit de couinement s'éleva, plus fort au fur et à mesure. La brune se tourna dans un sens, puis un autre. Cherchant à l'aide de sa vue ou pouvait se trouver le craintif animal. Elle vit une frimousse bien étrange bouger. Elle tendit la main devant elle, et sauta dans son portail, réapparut derrière « l'animal » , l'immobilisa par terre et constata avec malheur qu'elle était à califourchon sur... Ce qui était en vérité une jeune femme. Toujours était-il que le bruit persistait. Elle fixa d'une mine déconfite la fille, qui semblait aussi jeune qu'elle.

-Désolée... Je vous ai prit pour l'animal qui... Euh pardon. Fit t-elle à cet instant toute gênée de son intervention.

Les corbeaux s'envolèrent quand Axis explosa de rire, tandis que les aigles, eux, se jetaient dès lors sur ce qui semblait maintenant être le VRAI animal.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pillard
• I'm Redwood Ringo

Messages : 5
Date d'inscription : 01/10/2011
Age : 23

Fiche d'aptitude
Niveau:
3/20  (3/20)
Expérience:
10/50  (10/50)
Points Wanted | Points Héroïsme: 0


MessageSujet: Re: Il est l'heure... DE SE BARRER EN COURANT 8D [ Près du village des contre-Bandiers]   Ven 18 Nov - 18:56

CHATON BASTON ET TÊTE DE BOUFFON”



Ringo se pencha sur la blessure ouverte, l'examinant d'un œil expert. Elle fit abstraction de tout le reste, des personnes rassemblées autour d'elle, du blessé qui gémissait et des bruits sourds qui provenaient de la ruelle. Elle n'entendait rien d'autre que le pouls rapide et paniqué de son patient. Un soupir léger sortit d'entre ses lèvres vierges. L'assistance, composée de la famille du blessé, retint son souffle, attendant le verdict. L'homme allongé sur lequel elle s'était penchée pas plus d'une minute rouvrit un œil fiévreux, angoissé. La jeune fille, trop frêle et trop jeune pour qu'on l'imagine médecin, bien que ses compétences soient d'une qualité irréprochable, se releva, frottant machinalement son index et son annuaire entre eux pour essayer d'ôter le sang qui s'y était collé. Se souvenant qu'elle avait un diagnostique à prononcer, elle se tourna vers la famille, qui n'en pouvait plus d'attendre.

→ Hum … Quelles fleurs vous préférez pour la tombe ? Demanda-t-elle comme on commande un steak-frites dans un restaurant.

La panique s'en suivit à la fin de sa phrase. La mère hurlait, disant que ce n'était pas possible, le blessé pleurait toutes les larmes de son corps et un des gars l'avait saisit par le col de sa veste, lui demandant si elle se foutait de sa gueule. → Oui.

BAM. L'assistance tomba à la renverse. → Mais pourquoi tu as dis une telle chose ?! T'es vraiment médecin au moins ? Cria la mère du souffrant, alors que ce dernier frôlait à présent la crise cardiaque.

→ Du calme, c'était juste une petite plaisanterie, sourit Ringo. Il a juste un éclat de la balle qui est resté coincé entre deux ligaments, c'est rien ! Mais faudra faire gaffe quand vous vous foutez sur la gueule avec des pirates ivrognes, je serai pas toujours là pour arranger les choses.

Elle s'attela ensuite au travail, sortant les outils nécessaires pour ôter l'éclat de métal et refermer la plaie de sa sacoche. Lorsqu'ils la virent faire tournoyer le scalpel entre ses doigts et l'expression concentré qui avait prit place sur son visage, plus personne n'osa douter de ses compétences en matière de médecine. Elle le prévint rapidement que cela risquait d'être un peu douloureux, mais à aucun moment le blessé ne se plaignit. Une fois le morceau de balle saisit entre ses pinces, elle s'empressa de refermer la plaie, n'ayant même pas besoin de faire de points de sutures, et appliqua un bandage serré pour éviter que la blessure ne s'aggrave et reste propre. Ceci fait, elle accepta avec un sourire la bassine d'eau qu'on lui tendait et se rinça les mains tâchées de sang. Plus personne ne disait rien, impressionné. Les médecins avaient toujours l'étrange pouvoir de réussir à obtenir le respect de n'importe qui grâce à leur simple fonction. Personne ne constatait un médecin, encore moins un médecin pirate.

Après avoir accepté le payement pour ce qu'elle venait de faire, Ringo prit congé, quittant la petite demeure située à la lisière du village des contrebandiers. Elle était arrivée hier à Centaurea, et depuis, avait récolté un petit pactole de berrys en soignant des blessés et des malades à droite et à gauche, ce qui ne manquait pas ici puisqu'ils avaient surtout des personnes du genre à chercher les ennuis et la bagarre, pour rester poli. La jeune fille s'en sortait plutôt bien, évitant les endroits trop fréquentés et se débarrassant des opportuns à l'aide de son trident et de ses techniques électriques dues à son fruit du démon. S'éloignant du village, elle remarqua un peu tard qu'elle s'enfonçait dans la forêt. Haussant les épaules, elle poursuivit, souhaitant de toutes manières fuir un instant le perpétuel boucan du village. Continuant de marcher, la borgne se retourna lorsqu'elle entendit un grognement derrière elle. Un grognement du style : " eh toi, tu veux être mon déjeuner ? ". Lentement, la pirate se retourna ... Face à elle, trois cent kilos de muscles pour deux mètres de machine à tuer, avec les griffes, les crocs et tout ce qui va avec pour faire du bon beefsteak. En gros, un tigre quoi.

→ Gentil minou ... gentil ... Non pas gentil ?

Un rugissement digne d'un géant qui se serrait fait écraser le petit orteil lui répondit. Deux secondes plus tard, une course-poursuite s'engageait entre la bête et la belle. L'une hurlant des " je vais te bouffer " en langage animal et l'autre criant des " dégage sac à puces ! " parfaitement compréhensible pour les êtres humains. Sauf qu'après s'être fait coursé pendant dix bonnes minutes à travers cette maudite forêt, elle en a un peu marre la Ringo. Alors mademoiselle, qui est une fourbe pirate, se stoppe aussi brutalement que soudainement, se jette à terre pour laisser la bestiole lui passer par-dessus la tête, complètement déstabilisée, et s'écrase la tête contre un arbre trois mètres plus loin. Le tigre secoue la tête, sonné, mais n'a pas le temps de se relever et de se venger de ce coup bas. → Thunder Choc ! Crie la jeune fille en posant sa main sur le sommet du crâne du félin, après lui avoir sauté sur le dos. Sa main crépite, des étincelles jaillissent et se déversent dans le corps de l'animal, qui s'effondre définitivement, carbonisé de l'intérieur.

Ringo soupire, se laisse glisser au sol et reprend son souffle. Un nouveau grognement se fait entendre et elle se tend aussitôt. Mais cligne des yeux d'interrogation en voyant sortir des fourrés une boule de poils haute de vint centimètres tout au plus. Un seul mot pour la décrire : adorable. Le tigron, du moins elle le suppose à la vue de son pelage rayé de noir, s'approche du félin géant, le poussant de la patte en poussant quelques miaulements. Le cœur de la médecin se serre en comprenant que l'animal abattue était une femelle. Elle avait probablement mit les pieds sur son territoire et l'autre avait voulue défendre sa progéniture. Le bébé s'approche d'elle, curieux mais pas effrayé, et la jeune fille tend un doigt en sa direction, qu'il se met à téter en ronronnant.

→ Désolé p'tit gars ... si j'avais sût, j'aurais éviter de faire cela à ta maman.

Un miaulement lui répond et le tigron vint se pelotonner contre sa cuisse tout se roulant sur le dos, joueur. Elle sourit de son innocence et lui gratte le ventre, le laissant mordiller par jeu ses phalanges. → Je suppose qu'étant responsable de ton statut d'orphelin, il va falloir que je prenne mes responsabilités, hein ? L'idée de garder le petit rayé avec elle lui plaît, et de toutes manières, entre les chasseurs du village, les trafiquants de peaux de bêtes et les animaux sauvages de la forêt, ce bébé n'a aucune chance de survie. Il semble l'apprécier de plus, vu qu'il ne la quitte déjà plus, semblant la voir comme le substitut maternel dont il a besoin désormais. Satisfaite, bien que se sentant toujours un peu coupable, Ringo s'apprête à se relever, quand soudain ... un objet non identifier lui tombe dessus, comme ça. Le souffle coupé, elle s'écrase de nouveau au sol alors que le tigron saute sur le côtés, croyant à un jeu.

→ Mais qu'est-ce que ... ? Une jeune fille pas beaucoup plus vieille qu'elle se tient sur son dos, et qui semble tout aussi surprise qu'elle. J'ai l'air d'être une bestiole bonne pour finir dans ton assiette ? Grommelle la borgne tout en tapotant le sol du doigt, se demandant quand l'autre brune se décidera à lever ses fesses du siège qu'elle incarne.

Tout à coup, un cri bestial se fait entendre et elle relève la tête à temps pour voir une nuée d'oiseaux fondre sur son tigre nouvellement adopté, qui couine de terreur. L'adrénaline lui monte au cerveau. Elle n'avait pas récupéré ce bébé après avoir commit une erreur pour le voir se faire dévorer par des rapaces ! Renversant la fille toujours à califourchon, elle se jette au milieu des aigles et attrape son chaton par la peau du cou pour le ramener contre elle.

→ Pas touche les piafs, c'est ma boule de poils, pas votre casse-croûte ! S'exclame-t-elle tout en dévisageant la jeune fille qu'elle a malencontreusement renversée en voulant se relever.

En même temps, elle n'avait qu'à pas lui tomber sur la tête ! D'ailleurs ... comment elle avait fait ça ?


hrp : Otoe ** qu'est-ce que tu dis d'une boule de poils comme mascotte pour les chatons borgnes égarés ? xD

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
• I'm Dieu

Messages : 11
Date d'inscription : 28/03/2011


MessageSujet: Re: Il est l'heure... DE SE BARRER EN COURANT 8D [ Près du village des contre-Bandiers]   Mar 29 Nov - 17:05

Citation :
Évènement à prendre en compte dans votre topic et auquel vous devrez réagir (dans quelques tours) : un incendie a ravagé la taverne "le Lion Chauve" et les flammes commencent à dévorer le village des contrebandiers. What a Face
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Meneur | Semeur de Troubles
• I'm Prout

Messages : 255
Date d'inscription : 28/11/2011
Age : 28

Fiche d'aptitude
Niveau:
6/20  (6/20)
Expérience:
25/70  (25/70)
Points Wanted | Points Héroïsme: 0


MessageSujet: Re: Il est l'heure... DE SE BARRER EN COURANT 8D [ Près du village des contre-Bandiers]   Ven 30 Déc - 21:44

    Redwood Ringo
    Qualité : 3/5
    Langue : 3/4
    Quantité : 2/3
    Originalité : 1/2
    Mise en page : 1/1
    TOTAL : 10 + 1 points bonus
    => + 11 XP
    Remarques : Une jolie petite histoire bien contée, mais qui finit cependant par perdre légèrement de son intérêt vers le dernier quart, je t'avouerai. Néanmoins, c'est bien écrit, c'est bien présenté, ce qui rend la lecture assez agréable pour aller jusqu'à la fin sans rien craindre. Bien joué! ♫

_________________

[Cliquez sur cette signature et un chiot innocent sera tué.]