AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Goss, sa nouvelle proie & les bateaux ! ♥ [Rory]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Brigand
• I'm Deadly Goss

Messages : 108
Date d'inscription : 13/11/2011

Fiche d'aptitude
Niveau:
4/20  (4/20)
Expérience:
63/70  (63/70)
Points Wanted | Points Héroïsme: 177


MessageSujet: Goss, sa nouvelle proie & les bateaux ! ♥ [Rory]   Dim 20 Nov - 0:43





→ Bordel... J'ai dit, un steak cuit à point. Ecoutes moi bien mon p'tit gars, il y a peu d'choses qui m'tiennent à coeur, mais bouffé un bon steak, sa c'est essentiel. Donc va voir ton cuistot et dit lui que je veux un steak cuit à point, un steak saignant et cinq de chaque ! Avec une bouteille de ton meilleur vin.

On pouvait sans doute voir la mine abbatu du serveur retourné voir le cuistot dans les cuisines. Goss lui soupira avant d'ajouter en parlant à lui-même.

→ Kékékéké, yé suis méchaaant !

Digne d'un Goss'E de bonne humeur. Comment s'était-il retrouvé là ? C'était une bonne question. Tout commençait en cette belle journée ensoleillée, Goss en vil pirate avait eu la bonne fortune de braquer une banque d'une île, la ville n'avait que très peu d'habitants et encore moins de marine une vingtaine à peine. Île qui ne devait pas être très réputée. Qu'importe la n'était pas la question, Goss s'était rendu sur l'île tout à fait par hasard, comme d'habitude, il s'était endormi sur sa barque laissant les courants décidés de sa prochaine destination. Bien qu'il ne croyait en rien de surnaturelle, c'était sa manière à lui de jouer avec le vaste océan. Même la taverne de l'île en question ne valait rien, l'ambiance n'était pas assez festive aux yeux du Deadpool. Il avait passé sa mauvaise humeur et l'ennuie par la même occasion avec un hold-up qui avait eu un franc succès. Une somme de berryes fort intéressante, mais qui n'avait aucune valeur aux yeux de notre héros. Autre chose l'intéressait, la renommée, un homme aussi charismatique que lui ne recherchait que le bohneur de passé sur une île et d'entendre quelqu'un dire " Oh ! Voici Deadly D. Goss alias Deadpool". Bien qu'il s'avait pertinemment que personne ne prendrait le temps de dire tout ça,...

Enfin une fois la banque dévasté, et après une bonne demi-heure de bastons avec les marines il avait pu s'enfuir en se rendant sur le navire-restaurant en question. C'était plus qu'un navire-restaurant c'était une révolution ! Il y avait une partie qui vendait des vêtements de noble et l'autre était un restaurant, il n'y avait que des personnes qui semblaient avoir de bonne bourse dans leurs poches. Bien que l'idée de faire les poches de ce petit monde était alléchant, Goss était trop content de sa première affaire pour s'en soucier. Il avait même décider d'acheter un costard avec l'argent volé qui s'était mis de suite. Il ressemblait un peu à tout le petit monde qui se trouvait sur le bateau.

Le serveur était revenu avec la commande de Goss et lui servit le tout sur un plateau d'argent. Normal qu'on ne puisse distinguer le sourire de satisfaction sur les lèvres de Goss, mais on pouvait tout de même observer les pommettes d'un homme satisfait.


→ Tu vois quand tu veux !

Le Deadpool disposa quatres serviettes sur ses genoux afin de ne pas se salir ainsi qu'une autour de son cou. Il avait toujours le costard qu'il venait d’acheté et on pouvait assurément dire qu'il avait la classe. Il commença son festin. Loin de là l'idée qu'il retire son masque, il avait tout simplement une fente aux niveaux de ses lèvres pour ce genre de situation particulière. Cependant il y avait comme un hic, bien que son passé était sombre, quelque chose était sûr c'est que Goss n'avait pas été à la bonne école. On ne pouvait pas dire qu'il mangait comme un noble, chaque coup de fourchette sonnait comme une pendaison du pauvre steak qui n'avait aucune autre solution que de finir dans son estomac. On serait amené à penser que le bout de steak criait en pleure quelque chose du style.

→ Le monstre m'avale ! Gwaaaaah ! Aux sec... !

DEAD ! Plus de bout de steak. C'était comme une danse qui se répétait sans cesse jusqu'au moment ou le serveur tout gêné et dégoulinant de sueur suite à la peur vint le voir. Comprenez-le, ce n'était pas tout le temps qu'on l'envoyait parler à un homme qui devait atteindre les deux mètres de haut et avec une carrure comme celle-ci.

→ Ex.. Excusez-moi, monsieur. Le.. Di.. Directeur m'as dit de vous dire .. Que votre façon de manger est trop bruyante.. Et gêne par la même occasion les.. Autres...

→ Ta dis quoi ? Tu t'fous d'ma gueule ?! Petit con, toi et tes potes vous vous croyez si bien qu'ça ?!


Eh oui ! Pas que Goss était susceptible ! Mais le critiquer sur sa façon de manger, c'était la première fois qu'on l'a lui faisait ! Il prit la bouteille de vin rouge qu'il mit dans l'un des sacs de sa ceinture et prit un dernier morceau de steak, il fouilla ensuite dans une autre poche de sa ceinture et pris un masque identique à celui qu'il avait déjà à la différence qu'il n'avait pas de fente pour manger... Gnéh ?! Le directeur lui était venu prêter main forte à son serveur.

→ Gardez votre calme monsieur, s'il vous plaît...

→ J'vais t'en foutre du calme moi !

Bondissant de sa chaise comme un lion, Goss poussa le serveur d'un revers de main avant de donner au directeur une droite qu'il n'était pas prêt d'oublier d'sa vie ! Tandis que l'homme grassouillet ( le directeur ) partait valdinguer sur les tables environnantes. Goss pris son arme avant de le pointer sur chaque personne.

→ Vous faites moins les malins maintenant, bande de merde ! Vous êtes friqués, vous vous croyez tant que sa. Allez j'me casse.

Vous pouvez lire les rictus de l'énervement sur son visage, un peuple aussi niais, il n'y avait que sa, ils méritaient tous de crever avec leurs manières. Il sortit de l'établissement afin de se retrouver sur le pont, un coup furtif sur la droite et la gauche avant de se rendre à l'arrière ou il avait accoster sa fidèle barque. Il l'a détacha l'a laissant tomber à l'eau, il fit un bond à l'intérieur. Une île semblait assez proche et vu qu'il n'avait pas encore manger à sa faim, c'était sa prochaine destination ! Il commençait alors un sifflement de vielles chansons pirates, fouillant dans un plus gros sac qui ne quittait jamais sa barque. Un bazooka ! Goss était un homme pleins de ressources et ce genre d'armes en faisait partit. Il tira un boulet dans la coque du bateau restaurant juste au niveau de l'arrivée d'eau. Une fois tiré il retira le costard qu'il venait d'acheter, laissant apparaitre son costume rougeâtre. Il annonça avec une voix philosophique tout en notant sur son petit calpin.

→ Le monde est vaste... Mais la mer l'est encore plus ! J'espère de votre mort, quelque chose de long, pénible et chiant. Signé Deadpool...

Un récital à lui-même, était-ce la, toute la stupidité de l'homme ? Sans aucun doute... Il commença sa longue entreprise rame à la main, mais quelqu'un semblait l'avoir rejoint... Sans même se retourner il chantonna.

→ J'espère que vous aimez l'île en face de nous, car c'est notre destination ♫ !






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Brigand
• I'm Rory Quinn

Messages : 17
Date d'inscription : 06/11/2011
Age : 25

Fiche d'aptitude
Niveau:
4/20  (4/20)
Expérience:
82/110  (82/110)
Points Wanted | Points Héroïsme: 37


MessageSujet: Re: Goss, sa nouvelle proie & les bateaux ! ♥ [Rory]   Mar 29 Nov - 11:02

Il m’arrive d’aimer, je te l’assure. Il m’arrive d’y songer à chaque instant, de me dire qu’aimer est quelque chose à ma portée. Et je ne peux qu’avouer que oui, je sais le faire. Si on ne me l’a pas vraiment appris, si on ne m’a pas vraiment apporté ce qu’il fallait pour le faire, si on m’a convaincu du contraire, je suis certaine de réussir. Je réussis toujours ce que j’entreprends et… l’amour est la tâche la plus dure qu’il puisse exister. C’est une épreuve de plus, une épreuve qui implique la confiance, l’abandon de soi, l’offre, la générosité, l’attention… Tant de choses qu’il me faut apprendre en même temps qu’aimer. Mais pour toi, j’en suis capable. Pour toi, seulement pour toi. M’offrir à nouveau, entièrement, corps et âme, pour le plaisir, pour la souffrance que cela procure qui, elle-même, est source d’un plaisir supérieur, presque idéal. J’ai aimé, j’ai eu mal, j’ai perdu… Mais je ne reste jamais sur un échec.

Vivre n’avait jamais été une chose facile dans ce monde, surtout pour des gens qui ne rentraient pas dans le moule. On nous chassait, on nous empêchait d’exister vraiment, en somme, on nous empêchait d’être. Il y avait-il une place pour ceux qui n’étaient pas comme les autres ? J’étais bien au-dessus de ça, et je savais pertinemment bien que non. Cette déclaration, dite de la sorte, devrais vous faire comprendre l’injustice même de cette existence, passible d’une véritable peine de mort.

J’aimerai vous inviter dans mon monde, mais il n’y a plus de place pour personne. On a condamné la porte, jeté la clef et posé des pièges à l’entrée.

C’était pourquoi j’avais pris la décision de vivre comme je l’entendais, avec mes propres règles. Si le jeu était la vie, je m’étais octroyée le droit de la régir comme je l’entendais. Alors je prenais ce que les autres avaient à m’offrir, je prenais, j’absorbai, dans un monde meilleur. Ce que les hommes laissaient sans se soucier m’appartenait, et la moindre fissure était une invitation à m’immiscer. C’était ainsi que les choses allaient et venaient sur terre, sans vraiment se comprendre. J’avais un sac sur le dos, rempli de bijoux et d’argents que j’avais subtilisé à leurs propriétaires dans les chambres sur le navire. J’étais entrée et j’avais pris ce que je voulais. Et me voilà maintenant pleine aux as, tentant vaguement de m’extirper de ce monde de riches-bobos-arrogants. Mais une discorde me tira de mes songes, tandis que je cherchai à quitter le navire avant d’accoster sur la prochaine île : des éclats de voix, suivis de quelques minutes plus tard d’une explosion vive et terrifiante. Le navire tangua dangereusement, crissant à son tour du mal qu’il ressentait en un gémissement métallique.

On le savait, la folie était contagieuse.

L’affolement général, les gens qui se bousculaient pour quitter le navire, je ne le comprenais pas vraiment. Ils criaient, hurlaient, courraient, tels des fourmis qu’un vilain garnement viendrait écraser de ses gros doigts sales. M’approchant du bord du navire qui tanguait dangereusement, je remarquai la barque d’un homme qui se changeait : celui qui avait causé tout ce désordre, probablement. Mon sac sur l’épaule, passant la jambe par-dessus la rambarde souplement, l’autre par la suite, je pris une impulsion douce et me laissa tomber en direction de la barque. Pas question de toucher l’eau (je ne voulais pas mourir).
J’atterris souplement à l’arrière de la barque, sans faire vraiment de bruit, sans déranger qui que ce soit. Je provoquai peut être qu’une petite vague et un subtil déséquilibre, mais rien de bien marquer. De toute évidence, mon talent était la discrétion. Je posai mon sac sur la barque qui fit un bruit significatif en rentrant en contact avec le bois, me tournant vers l’homme avec qui j’embarquai : l’homme était vêtu d’un costume rouge et noir, grand, bien bâti, les muscles comme gravés dans la pierre, j’étais soudainement happée.
Pire que tout, c’était mon cœur qui s’était retrouvé embarqué par ce que je voyais. Un de mes semblables, un homme comme moi, mieux encore : moi. Dans ce délire, j’avais envie de lui sauter dessus pour l’enlacer et l’embrasser, mais il me semblait alors important de laisser cette pulsion de côté et de tenter une approche plus doucereuse et marquante sur le long terme. JE voulais semer une graine dans son cœur pour qu’elle l’empoisonne à mesure du temps, et qu’elle le marque à jamais.

« J'espère que vous aimez l'île en face de nous, car c'est notre destination ♫ »

Un sourire aux lèvres, fixant intensément le dos de mon nouveau compagnon de route, je voulais qu’il sente mon regard enflammé dans sur sa stature, qu’il lui brule la peau, qu’il sente toute l’intensité de mes sentiments à son égard. Un air malicieux trônant, je m’entichai un peu plus à chaque seconde à ses côtés. J’avais l’étrange impression d’avoir trouvé quelqu’un comme moi et ça me faisait un bien monstrueux. Je n’avais rien à demander de plus, rien à dire. Il chantait gaiment, avec un air insolent envers la vie, me rappelant subtilement une personne qui m’avait été très chère. Il était lui, simplement, et ça me réchauffait le cœur. Les tripes s’enroulant dans mon corps, me tirant de tous les côtés, j’avais l’impression de sentir son odeur à nouveau. Ce n’était qu’un vague souvenir qui emplissait l’air, de la nostalgie, de la peine, mais un espoir vif et pur.

« Partout où tu iras, j’irai. »

La plus belle déclaration que je pouvais faire à son encontre. Assise sur les planches de la barque, le coude sur le genou et le bras tenant ma tête, mes paupières papillonnaient délicatement en imaginant ce qui pouvait advenir de nous deux. Le palpitant cognant contre ma poitrine, il marquait chaque seconde de cet instant contre mes côtes, dans une souffrance agréable, quasiment jouissive. C’était beau.

« Puis-je avoir ton nom, man ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Brigand
• I'm Deadly Goss

Messages : 108
Date d'inscription : 13/11/2011

Fiche d'aptitude
Niveau:
4/20  (4/20)
Expérience:
63/70  (63/70)
Points Wanted | Points Héroïsme: 177


MessageSujet: Re: Goss, sa nouvelle proie & les bateaux ! ♥ [Rory]   Sam 3 Déc - 21:44




C'était donc son destin, un homme comme lui pouvait-il ressentir quelque chose d'aussi futile, quelque chose qui rend plus faible ? L'amour, bourreaux des hommes... C'est comme un poison lent, âpre et qui vous ronge petit à petit...

La stupidité de Goss était omniprésente, son incompréhension face au vaste monde il l'avait comblé en vivant sans foi ni loi. Il était "libre", ce mot qui avait tant d'importance pour lui. L'amour faisait partie des facteurs pouvant briser cette liberté et il n'en étais pas question ! Cependant, face à la situation actuel, qu sait ce qu'il adviendra de lui. Qu'importe, notre homme lui était enivré par deux sensations distinctes qui éveillait en lui une excitation sans pareille, son corps semblait rugir de l'intérieur. Le bateau-restaurant coulait petit à petit tandis que les cris des passagers se faisait de plus en plus faible. Cette douce musique semblait prendre fin. La voix unique et sensuelle de cette femme avait eu toute l'attention de notre homme... Il ne pouvait y résister. Comparable à un chant de sirène qui attirait le Deadpool dans une toile. La réponse de la jeune femme ne pouvait qu'enchérir les pulsions de l'homme.

« Partout où tu iras, j’irai. »

Pour une fois de toute sa vie, il ne savait pas quoi répondre. Elle était vrai-semblablement un danger pour lui, en était-il conscient ? Sans doute, mais pouvait-il réagir ? C'était une autre paire de manche. C'était clair dans sa tête, il fallait éliminer cette femme elle représentait une menace à sa liberté. Bizarre tout de même, tant d'effet sans même l'avoir vu, là était toute la menace qu'elle représentait.

« Puis-je avoir ton nom, man ? »

Une question, l'occasion pour lui de se ressaisir, il continuait de ramer pour autant avec la même intensité et la bonne joie qu'auparavant, sauf qu'il n'arrivait pas à calmer ses pulsions. Il lui aurait sans doute sauter dessus, laissant ses désirs guidés son corps.


→ Alors suis moi et ne me quitte plus... Appelle moi Deadpo... Enfin non, je m'appelle Goss, Deadly D. Goss. Et toi ?

Il ne pouvait plus attendre, c'en était trop, il se leva subitement et se retourna vers la jeune femme. Bien sûr, il n'y avait que Goss pour se lever et se tourner face à une jeune avec autre chose de debout. Autre chose qui démontrait l'ampleur de l'excitation qui le parcourait. Il regarda la jeune femme droit dans les yeux avant de s'avancer en face d'elle, il posa un genou a terre avant de relever son masque. Allait-il découvrir son visage après autant d'années d'anonymats, il était peut-être crédule face à la compréhension de la vie elle-même, mais pas à ce point. Il découvrit juste les lèvres qui étaient très bien dessiner, on pouvait voir la fin d'une cicatrice apparaître mais rien d'autre. Son esprit se vidait tandis qu'il posait ses lèvres sur celle de Rory... Un baiser sensuel, cette sensation semblait nouvelle pour lui autant qu'étrange. Il semblait perdre le contrôle, la jeune l'attirait particulière, c'était la première fois qu'il ressentait une telle sensation. Il mordillait la lèvre inférieur de la jeune femme avant de descendre au niveau de son cou, un mélange de léchouille et de mordillement. Il posa ses mains sur la tenue de la jeune femme au niveau de ses épaules faisant coulissé sa tenue rouge et noir. On pouvait presque croire qu'elle descendait elle même, il s'arrêta au haut de la poitrine, continuant avec autant d'intensité ce qu'il avait entreprit. Il descendait à l'épaule gauche, et petit à petit qu'il descendait à la poitrine de sa nouvelle source d'inspiration, il découvrait un peu plus sa poitrine...

Une légère secousse se fit entendre. Un réflexe un peu de "protecteur" qui n'était pas commun au caractère de Goss, il avait remonté la tenue de rory comme pour cacher son bien. Ils étaient juste arriver à destination, Centaurea. Goss venait de prendre conscience de ses actes, il remit son masque en plus, il était essouflé, il avait perdu le contrôle et était encore en état de choc... Il soupira un bon coup.


→ Petite perte de contrôle... Nous sommes arrivés.

Ils sembleraient qu'ils n'étaient pas tout seul un ricanement retentit, il s'agissait d'un marine égaré, il avait une bouteille de rhum dans chaque et était ivre. Il n'arrivait même pas a tenir sur ses deux jambes.

« Kékéké ! Les coquinous, faut pas faire sa sur une barque. Oooh, vos tenues sont bizarres, t'es trop bizarre... Y a la gue... »

Banm ! Un coup de feu retentit, Goss venait de lui tirer une balle en pleine tête. Si il s'était retenu, il aurait sans doute eu vent de la situation de l'île. Cruel ? Oui ! Goss avait de l'humour, mais en ce moment même il était comme un fauve, un tigre qui avait les crocs. Il avait abattu l'homme qui avait manqué de respect à Rory Quinn. Dominé, sans le vouloir... Une fois sur le sable il s'étira, il n'avait pas oublier ce qu'il venait de faire à la jeune femme, mais il s'agissait de Goss, même dominé il restait le maître de sa liberté. Le désir que provoquait la jeune femme chez lui s'amplifiait, il attendait que celle-ci pose un pied sur le sable et lui dit. Sa main était déjà au niveau de son cou, comme si il voulait réitérer la scène précédente

→ Tu ne m'as toujours pas dit comment tu t'appelais...

Il avait envie d'elle, mais même dominé un tigre reste un tigre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Brigand
• I'm Rory Quinn

Messages : 17
Date d'inscription : 06/11/2011
Age : 25

Fiche d'aptitude
Niveau:
4/20  (4/20)
Expérience:
82/110  (82/110)
Points Wanted | Points Héroïsme: 37


MessageSujet: Re: Goss, sa nouvelle proie & les bateaux ! ♥ [Rory]   Dim 4 Déc - 16:00

Je n’aurais pas l’audace de mettre mes plus gros espoirs dans les plus petites fentes du destin. La folie, même si elle m’appartient corps et bien, n’est pas toujours le maitre mot. Elle ne prime qu’à certain moment, dans des instants inattendues, qui prêtent à ne plus se contrôler ou à trop s’écouter. Ces instants sont rares et trop beaux pour être nombreux. Le bonheur n’est pas partout, le bonheur qui résulte du hasard non plus. Se laisser aller, livré à la petite chance des faubourgs, c’est se suicider pour des années d’espoirs et d’attentes, pour quelques secondes de plaisir. Parier si gros pour si peu de choses…

C’est peut être ça, être humain.

« Alors suis moi et ne me quitte plus... »

Sa voix trancha, coupant le silence pesant. Elle était à la fois douce et pleine d’énergie : à vous en faire tourner la tête, tant ce mélange avait du mal à s’accorder et à se mettre d’accord. L’un primé sur l’autre, tandis que ce dernier souhaitait retrouver l’ascendant sur son rival. Cette réponse avait été comme refoulé, jalousement gardé. Elle était vive, sincère, emplie d’une poésie saisissante. Elle était pleine de désir, à l’état pur, clair, volcanique. C’était une explosion, pire qu’un aveu… Une confession
Et mieux encore. Entre nous, c’était une communion.
Pour moi, il n’avait pas besoin de parler, de dire ce qu’il ressentait. J’avais l’étrange impression de le sentir : puissant et vivant, s’agitant dans les entrailles pour les tordre et les enserrer un peu plus. Des nœuds. Un sac de nœuds qui s’emmêlait un peu plus à chaque fois que l’on tentait de le défaire. La graine avait été planté, elle germait progressivement autour d’un cœur, pour l’enserrer à un autre. Deadly D. Goss m’était lié. Il n’y pouvait rien, comme je n’y pouvais rien. Là était le jeu des amants, entre eux. Le jeu de l’envie, de hasard, de l’amour, de la séduction. Enserrant la haine, la peine, la destruction. L’amour était une arme, bien plus efficace qu’un 38mm en plein cœur.

Deadly D. Goss, c’était son nom. Et il m’appartiendrait bientôt.

Il se leva et se planta devant moi, m’ayant posé une question sans même en attendre la réponse. Je le regardai avec des yeux brillants et malicieux, attendant patiemment de voir ce qu’il voulait. A ma grande surprise, et malgré l’attitude imprévisible qu’il pouvait avoir, il souleva à peine son masque pour dévoiler ses lèvres. Je ne savais pas l’importance du geste, ni même la symbolique qu’il y mettait là-dedans, ce que je savais, ce qu’il les joignit aux miennes, sans même chercher à comprendre plus loin. Il me dévorait, impatient et insatiable, comme si un tigre grognait dans sa poitrine. Ses mains aventureuses arrivèrent à mon cou, descendant mon costume doucement. J’avais l’impression qu’il se retenait, qu’il réprimait des pulsions violentes et destructrices, néanmoins une volonté de tendresse, d’offrir comme de prendre. Je ne fis rien, ne dis rien pour l’empêcher de faire ce qu’il voulait faire. Cet homme se frottait à une bombe ambulante : je ne craignais rien, moi. Il descendit sa bouche jusqu’à mon cou, puis plus bas, tandis que je fermai les yeux, relevant la tête pour lui laisser l’accès désiré.

Quand on suit quelqu’un de bon, on apprend à devenir bon ; quand on suit un tigre, on apprend à mordre.

Nous arrivâmes à terre. La barque heurta le sable et simultanément, l’homme se redressa, remontant mon costume. Je le reboutonnai doucement, attrapant mon sac pour le hisser sur mon épaule. Je le regardai fixement, tandis qu’il me tournait le dos. Il était tremblant, de honte ou d’excitation, je ne saurais le dire. Ça n’était pas commun de provoquer tant d’émoi chez une personne, surtout sans particulièrement le chercher. Etait-ce mes mots qui l’avaient mis dans cet état ? Dans tous les cas, un homme arriva, un marin, déblatérant sur un fait. Je ne l’écoutai qu’à peine. Goss s’en chargea de la façon la plus expéditive qu’il soit. Je mis pied à terre, regardant avec dédain ce qui se tramait, une main sur les hanches, un autre sur mon sac. L’homme s’approcha de moi, me demandant encore une fois de décliner mon nom prêt à recommencer ce qu’il faisait tout à l’heure :

« Les caresses n’ont jamais transformés un tigre en chaton. N’est-ce pas ? »

J’avais posé ma main sur son torse et sans qu’il ne puisse l’éviter, une explosion de petite intensité le bascula en arrière. S’ajoutant à cela ma force que j’avais lié au geste, il était allongé à terre tandis que je le chevauchai, main toujours son torse, jambe de chaque côté de son corps, l’autre main qui tenait mon sac à dos. Il était prévenu : je n’étais pas domptée. Et je n’étais pas du genre à pouvoir l’être.

« Je n’ai jamais été un chaton. Alors ne t’attends pas à pouvoir recommencer quand bon te semble, Goss. Je pourrais mordre. »

Je lui fis un sourire, toujours aussi malicieux, probablement mal venu vu les circonstances. Je n’avais pas dû lui faire bien mal, et ce n’était pas le but de la manœuvre. C’était de l’intimidation. Car même face au tigre, la tigresse n’est jamais en reste. Et je n’avais jamais considéré les hommes comme le sexe fort.

« Qu’on s’entende bien : je te remercie pour m’avoir déposé ici, c’est fort aimable de ta part. Mais mon nom ne te servira pas, sauf si nous sommes amenés à nous revoir. Et vu que le futur n’est pas encore tracé, je n’ai pas a décliné mon identité… Pour l’instant. »

Avant d’être entiché, j’étais méfiante. Il y avait quelque chose d’étrange, quelque chose qui venait d’ailleurs et que je ne contrôlai pas. C’était assez pour me faire peur, assez pour me faire comprendre que je devais me méfier de ce qui se tramait. Ce Goss avait fait quelque chose que d’ordinaire, je n’aurais pas laissé faire sans en tirer quelque chose de plus avantageux qu’un trajet en barque. Ses baisers étaient doux et puissant à la fois, de quoi vous séduire une femme en peu de chose. Inconsciemment, il m’avait fait me sentir encore plus désirable que je ne pensais l’être (car on ne se baladait pas dans une tenue comme ça, on n’utilisait pas son physique pour tirer des avantages si on ne le savait pas avantageux, qu’on s’entende bien).

« J’entends bien te rémunérer pour ce formidable voyage. »

Je sortis une liasse de billet de mon sac et la lui fourrai dans la main, avec toujours ce même sourire. Et puis, je me penchai pour déposer un baiser sur ses lèvres recouvertes. C’était la seconde partie de sa rémunération, sûrement ceux après quoi il devait courir depuis qu’on avait touché terre. Mais pour en avoir d’autres, il devrait trimer encore plus, car je n’étais pas du genre à me battre pour avoir quelque chose. Je créai un besoin chez ma proie, et une fois cela fait, je l’avais pour moi seule. Je me relevai alors sur mes jambes, avançant pour laisser à l’homme l’espace pour se remettre debout à son tour.

« Et si tu es partant pour me rendre un autre service : m’accompagnerais-tu jusqu'à la ville la plus proche ? L’endroit doit être truffé de marine, deux gus comme nous passerons pour un cirque ambulant : une bonne couverture. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Brigand
• I'm Deadly Goss

Messages : 108
Date d'inscription : 13/11/2011

Fiche d'aptitude
Niveau:
4/20  (4/20)
Expérience:
63/70  (63/70)
Points Wanted | Points Héroïsme: 177


MessageSujet: Re: Goss, sa nouvelle proie & les bateaux ! ♥ [Rory]   Mar 6 Déc - 0:07




Drôle de situation ! La jeune femme avait du répondant et surtout un caractère bien trempée ! Du Deadpool au féminin ! De quoi éveillé l'attirance qu'il avait déjà. Elle posait sa main sur le torse de Goss avec autorité comme pour imposer sa dominance, un léger choc avait projeter notre homme en arrière, il tombait a terre un peu sous le choc de ce que la femme venait de faire. Comment avait-elle réussit à faire sa ? Aucune idée, elle ne faisait qu'amplifier l'intérêt que Goss lui portait.


« Je n’ai jamais été un chaton. Alors ne t’attends pas à pouvoir recommencer quand bon te semble, Goss. Je pourrais mordre. »

Notre homme ne pouvait qu'esquisser un sourire, elle était pleine d'assurance dans son moulant rouge et noir. Il se gratta le crâne un peu gêné.

« Qu’on s’entende bien : je te remercie pour m’avoir déposé ici, c’est fort aimable de ta part. Mais mon nom ne te servira pas, sauf si nous sommes amenés à nous revoir. Et vu que le futur n’est pas encore tracé, je n’ai pas a décliné mon identité… Pour l’instant. »

→ Daah Daaah ! Sa tombe bien, j'aime pas trop les chatons... Pas cool sa ! Et si j'te met une balle dans la tête tu me dis ton prénom ? S'il te plaiiit ! Sois cool voyons !

« J’entends bien te rémunérer pour ce formidable voyage. »

Bien sûr après avoir entendu sa, Goss s'attendait à quelque chose de plus intéressant et qui demanderais un peu plus d'activité physique de sa part. Non, elle se contenta de poser une liasse de billet dans sa main et de lui donner un baiser. Elle finit par se relever laissant place à Goss pour se relever à son tour. Il regarda la liasse de billet pendant quelques secondes puis se mit à regarde la jeune femme.

→ Gnéh ?! GWAHAHAHAHA ! T'es vraiment tordante toi ! Garde ton fric, j'suis un pirate, l'argent j'le vole. J'trouve pas que c'est une rémunération sa ! Tu peux trouver mieux.

« Et si tu es partant pour me rendre un autre service : m’accompagnerais-tu jusqu'à la ville la plus proche ? L’endroit doit être truffé de marine, deux gus comme nous passerons pour un cirque ambulant : une bonne couverture. »

→ Rofl ! Vraiment ? D'accord pour t'accompagner, mais mettons-nous d'accord, j'suis pas un clown, j'fais c'que j'veux ou je veux. La marine ? Je pensais que t'avais plus de tempérament qu'sa... Je les tuerais tous si ils sont sur mon chemin ! Le chemin du Deadpool !

Fou ? Non, sans doute incompris. Il était partit dans sa vision abstraite de la vie. Il était le seul a se comprendre jusqu'à maintenant. Il fit un tour sur lui même observant les horizons avant de se fixer sur la gauche !

→ Le village est par là ! On peut remarquer les habitations, bon on vas dans la taverne j'ai soif ! Et si tu tient tant que sa à me payer on peut s'arranger une fois là-bas...

Dit-il tout en regardant les fesses de la jeune femme qui étaient particulièrement alléchante. Il le savait, il savait que la relation naissante avec cette jeune femme était spéciale et qu'elle serait immuable . Il passa sa main sur sa tenue pour dégager le sable, il avait toujours l'argent dans sa main. Il s'approcha de Rory et glissa la liasse de billet dans la main qui tenait son sac à dos. Il lui tourna le dos et commençait à marcher en direction du village.

→ A force de tenir ton sac tout le temps comme sa, je risque d'être intéresser par son contenu ♪ .

Il chantonnait et shootait le sable à chaque pas comme pour créer un chemin par la force. C'était peut-être la sa manière à lui de s'imposer. Le deadpool était avant tout un tigre, un tigre qui serait le roi des animaux. Il marchait tout en se trémoussant comme un gamin de 8 ans qui découvrait le monde. L'euphorie de la découverte toujours présent chez lui.


→ Dit ta déjà vu un tigre ?


[Désolé, post pas très fameux, je me rattrape au prochain, désouléy si cela ne t'inspire pas trop >< ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Brigand
• I'm Rory Quinn

Messages : 17
Date d'inscription : 06/11/2011
Age : 25

Fiche d'aptitude
Niveau:
4/20  (4/20)
Expérience:
82/110  (82/110)
Points Wanted | Points Héroïsme: 37


MessageSujet: Re: Goss, sa nouvelle proie & les bateaux ! ♥ [Rory]   Ven 16 Déc - 17:21

Le froid me griffait la peau, il léchait mon derme avidement en voulant m'attirer dans sa prison glacée. Je tremblais comme une feuille, quand bien même la lumière me semblait vive et effrayante, loin d'être accueillante et chaude comme je l'espérais.
Quand nous sommes sur le point de mourir, ne sommes-nous pas censés voir une magnifique lumière chatoyante, vive et colorée, avec un bref aperçu du Paradis?! Ça devait être beau et accommodant, pourtant, je n'arrivais à discerner à l'intérieur qu'un flou angoissant et une normalité désarmante. Non, ce que je voyais là, ça n'avait rien à voir, ça n'était pas qualifiable. Ou si le paradis c'était ça, il me semblait étrangement inconfortable.
L'enfer m'attendait, à tous les coups.

« Soyons clair, tu approches de ce sac et je te promets de te faire exploser la cervelle, quand bien même tu es affreusement sexy. »

Je lui fis un sourire qui montrait toutes mes dents. Ça avait le don de mettre les gens d’accord, en générale. Et j’étais particulièrement sérieuse dans ce que je disais. Je n’avais pas l’intention de lui laisser l’occasion de vérifier ce qui se tramait dans ce sac. C’était mon bien, mon due, mon labeur. Et s’il avait l’intention de mettre le nez là-dedans, il allait devoir le perdre. Couper net. Hop. Plus rien. Et ce n’est pas moi que ça allait déranger. Enfin, si, un peu. Mais pas trop. Vu qu’actuellement, ces bijoux valaient plus qu’une personne. Qu’une vie. Que sa vie. C’était peut être dur de penser ainsi, ni d’avoir cette conscience de l’autre… mais en finalité, qui était-il ? Personne, rien, personne. Tout comme je n’étais rien pour lui. Je savais qu’il était à moi. Je savais aussi quand je pouvais le refuser, le réfuter, le rejeter. C’était tout un art.

Tout mon art.

« Aussi, tu as descendu un marine ici, il serait plus sage de ne pas créer la panique aussi vite. J’ai des choses à faire dans le coin, et je n’ai pas envie d’être traqué dès mon arrivé. C’est tout sauf discret. »

Je voulais sérieusement voir ce qui se tramait ici. Déjà, savoir qui vivait ici, s’il y avait quelque chose à en tirer. Sachant qu’on vivait dans un monde pourri jusqu’à la moelle, pas une terre n’était épargnée par cette gangraine qui proliférait à une vitesse hallucinante. Je regardais les toits des maisons s’étalaient au loin, constatant ce que m’avait dit l’homme à mes côtés. Je me mis en route, sur ses pas alors que celui-ci tâchait de s’enfoncer dans le sable, comme le combattant de cette manière, essayant d’imposer sa puissance à la terre. Je l’ignorai royalement, songeant à ce que j’avais envie de faire actuellement… Pour l’instant, aller jusqu’à la ville, et en arrivant là-bas, trouver une bonne poire pour obtenir des informations. Une bonne poire, y’en avait partout de ces cochonneries-là. Ces imbéciles heureux proliféraient encore plus vite que la maladie…

« Un tigre ? Seulement des pâles imitations, des chatons qui faisaient passer pour tel. Rien de bien impressionnant. »

Une petite provocation pour jouer, pour le taquiner. Je le poussai dans ses retranchements, j’appuyai là où ça faisait mal pour voir ce qu’il était capable de faire, comment agir, s’il en avait dans les tripes. Je n’étais pas impressionnée par les fauves, même s’ils étaient dangereux. J’avais d’autres chats à fouetter…

« Tu m’excuseras, on remettra notre verre à plus tard. J’ai du boulot en arrivant, et pas le temps de jouer avec un maton. »

J’eu un petit rire, quoiqu’un peu malsain, très clair. Encore une provocation, un brin dédaigneuse. J’avais un regard malicieux et pétillant, qui pouvait mettre très mal à l’aise. Mais c’était propre à ma personnalité, à moi.

Les fous mettent mal à l’aise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Meneur | Semeur de Troubles
• I'm Prout

Messages : 255
Date d'inscription : 28/11/2011
Age : 28

Fiche d'aptitude
Niveau:
6/20  (6/20)
Expérience:
25/70  (25/70)
Points Wanted | Points Héroïsme: 0


MessageSujet: Re: Goss, sa nouvelle proie & les bateaux ! ♥ [Rory]   Ven 30 Déc - 21:46

    Deadly D. Goss
    Qualité : 4/5
    Langue : 2/4
    Quantité : 3/3
    Originalité : 2/2
    Mise en page : 1/1
    TOTAL : 12 + 1 point bonus
    => + 13 XP
    Remarques : Fais gaffe à l'ortograaaaaphe! Ça ressort fréquemment sur les accords et la syntaxe, une relecture ferait vraiment pas de mal! Mais en dehors de ça, le texte reste toujours captivant. Les secoués du bocal sont toujours amusants à suivre, on a toujours une surprise au coin de la rue. C'bien mon p'tit, tu m'as amusé! ♫


    Rory Quinn
    Qualité : 4/5
    Langue : 3/4
    Quantité : 3/3
    Originalité : 2/2
    Mise en page : 1/1
    TOTAL : 13 + 2 points bonus
    => + 15 XP
    Remarques : Je veux le fouet moi aussi, s'il est écrit comme ça! ♥ Le texte se suit très bien, on a la fluidité et le caractère du personnage qui nous frappe comme une claque au visage. Quelques petites rares fautes à l'occasion, sans doute plus de l'inattention qu'autre chose. Une petite épopée riche en couleurs, comme j'aime mes arc-en-ciels! ♫


_________________

[Cliquez sur cette signature et un chiot innocent sera tué.]